Un samedi soir sur la terre

Afin de nous détendre un peu, de nous changer les idées, nous décidons, mon prince et moi, de nous offrir une séance de cinéma. Je choisis un film comique qui me permettra, je l’espère, de m’évader quelques heures. Le film en question est effectivement très drôle et à la fois très touchant. Il est question de handicap et cela provoque en moi une certaine résonance, une émotion particulière et une envie irrésistible de me surpasser.

La séance s’achève, je suis très émue et pleure beaucoup mais décide quand même de sortir notre carrosse du parking. Pourtant, mon prince insiste pour conduire mais je lui rétorque que je risque d’être malade si je ne suis pas au volant… alors je conduis et je défonce la portière et l’arrière de la voiture contre une borne à la sortie de ce fichu parking. Voilà ! Vous me direz, ce n’est que de la tôle, du matériel et qu’il y a des choses beaucoup plus graves, comme avoir un cancer par exemple. Oui je sais, mais je suis vexée, en colère, énervée. Mission détente échouée. Presque 500 euros de franchise à régler et dire que je fais des pieds et des mains pour récupérer quatre sous auprès de la sécurité sociale concernant les bons de transport. C’est dommage et surtout, c’est de ma faute… La bêtise et la persévérance dans la bêtise me dépassent, d’autant plus quand il s’agit de la mienne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.