Un 23 mars à 6h35

Ce matin, jour de ma prise de sang avant ma dernière chimio, je viens de réaliser que j’ai mangé la moitié d’un croissant avec mon café, alors qu’évidemment je dois être à jeun. J’ai ouvert la bouche et me suis dit, mot pour mot (oui je parle toute seule et suis vulgaire) : merde, j’ai mangé, mais je suis vraiment conne ! Moi qui ne déjeune quasi jamais… Bon, ce n’est certainement pas très important à ce stade du jeu mais j’hallucine quand même un peu. Ce qui peut paraître une bêtise sans gravité pour vous est pour moi une absurdité totale et démontre l’état de mon cerveau et de ma concentration. Je cumule ces derniers temps les oublis, les erreurs, les maladresses. Laisser-aller dû à la fatigue sans doute et à ces longs mois de surveillance et d’obligations. Trois heures plus tard, l’infirmière est passée, rien d’alarmant effectivement. Encore tout un cinéma dans ma tête pour pas grand-chose… Détends-toi de la crinière la lionne – oui je sais, les lionnes n’ont pas de crinière !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.