Préparation à la course – 15 novembre 2017

Voilà, je passe de la patiente du charmant chirurgien à la patiente de la cancérologue. Mon cancer est défini : il s’agit d’un lymphome folliculaire de type 3a, il est indolent (peu agressif) comme le type 1 ou 2, mais ce petit crétin de 3a peut muter en cancer agressif. Résultat, une biopsie de moelle osseuse prévue pour vérifier tout ça et une petite dose de stress en plus au cas où je n’aurais pas eu encore ma dose.

Bonne nouvelle, je vais revoir mon chirurgien. Il va profiter de cette deuxième anesthésie générale (je vais finir par y laisser des neurones) pour m’installer une chambre implantable. Une nouvelle petite copine en plastique, située juste au-dessus de mon sein droit, qui va éviter de faire éclater mes veines à chaque chimio et qui va entre parenthèses me laisser une trace à vie de ce passage compliqué, comme un taureau marqué au fer rouge. OK. Dans le bureau de la cancéro, « une machine de guerre » comme l’a baptisée mon prince, efficace mais humaine, nous sommes assis face à elle, moi en petite culotte (trouée m’a fait remarquer mon prince…), lui droit comme un i. Nous apprenons alors le protocole mis en place, six séances de chimio espacées de trois semaines, perte de cheveux garantie, traitement plutôt bien supporté. OK bis. Je sens mon prince un peu tendu, moi je suis presque satisfaite de savoir enfin où je vais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.