Parlons peu mais parlons cheveux

Madame Perruque est venue à la maison. Nous sommes le 12 décembre 2017. Mes cheveux sont encore là, moins épais mais là. Mais ils devraient commencer à tomber sans tarder. Alors, Madame Perruque est là, jeune (comme moi !), belle mais pas pétasse. Le premier essai est le bon, « j’y crois pas », autre expression de mon fils. Effectivement, l’idée d’une perruque longue et blonde (j’étais brune aux cheveux courts) est une grosse erreur. Elle me dit, vous devez retrouver votre identité, c’est ça et franchement ça ne va pas trop mal. La perruque est très facile à mettre, simple d’entretien mais coûte chère, il vaut mieux avoir une bonne mutuelle quand même… Je suis assez bluffée par la réalité de cette chose poilue, certains de mes proches n’ont rien vu. Pourtant, dieu sait que je n’en voulais pas. L’annonce de la perte de mes cheveux n’a pourtant pas été un des plus gros traumatismes mais j’étais persuadée qu’une perruque coupe courte se verrait plus facilement. Faux ! Bref, j’ai pris aussi deux bandeaux/bonnets, pas terribles mais il faut bien avoir quelque chose à se mettre sur la tête à la maison, ne serait-ce que pour se protéger du froid (surtout la nuit). Bizarrement, je crains mon image avec ces bandeaux, foulards, écharpes, bonnets, bandanas…. qui je trouve me font une tête de malade. C’est personnel. Je réaliserai plus tard qu’en effet, je me préfère le crâne nu, lisse, doux.

Ceci étant dit, suite à cette visite indispensable et bénéfique, je me suis rendue chez ma maman pour lui montrer tout ça. Quand elle a vu les bonnets, elle a eu un superbe geste très spontané, elle en a enfilé un et nous nous sommes regardées toutes les deux dans un miroir en se disant que nous étions moches ! Puis elle m’a dit : on fait un selfie ? que nous nous sommes empressées d’envoyer à mon frère qui a confirmé avec humour bien-sûr notre mochitude !! Lorsque j’ai montré à mon prince comment mettre la perruque, il m’a dit que je ressemblais à Indochine, puis il m’a demandé, tel un enfant s’il pouvait l’essayer, alors qu’il rentrait du travail les cheveux sales, sans commentaire ! Quant à mon bébé chat, je me faisais beaucoup de souci par rapport à sa réaction, mais là aussi Madame Perruque a été d’un grand secours, elle m’a rassurée en me disant qu’à son jeune âge, il ne serait pas traumatisé et qu’il suffisait de lui expliquer avec des mots simples ce qui allait se passer. Chose réussie à ce jour. Une cousine m’a dit : pense à Demi Moore à chaque fois que tu te regarderas sans cheveux, je vais essayer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.