L’autre soir

L’autre soir, j’étais très énervée (pour changer un peu), j’ai donc appelé mon frère. Il était déjà un peu tard, je ne voulais pas le déranger mais j’avais besoin de lui. Alors j’appelle et je me dis qu’il ne décrochera pas s’il n’a pas envie. Mon frère est là, il décroche, mon petit frère, mon frère de sang, mon frère de babines, mon frère tout court. Je réalise en écrivant ces mots (et en pleurant) la chance que j’ai de l’avoir, en tant que frère mais surtout de le connaître en tant que personne. Mon frère est drôle, là je souris en pensant à pleins de choses, drôle dans la vie de tous les jours, avec les gens, facile à vivre et gentil. Et drôle dans sa vie, dans ses paroles, dans sa tête. Humour noir, piquant, pinçant, grinçant, humour facile, inné, naturel, humour bénéfique et vital. Mon frère a beaucoup de talent, au fond de lui, il le sait je pense…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.