Laisser passer la colère

À quel moment on pète un câble ? Non mais dites-moi, du coup je vais me préparer. J’aimerais, avant de péter un câble, un plomb, une durite, avoir le temps de ramasser les miettes de douleur, d’aspirer les poussières d’états d’âme, de laver le linge sale en famille (quoique tout a l’air propre), d’essuyer les larmes restées sur certaines assiettes. Entre les nausées et la fatigue, je n’ai pas de force. Pourtant, j’ai envie de rugir, d’éclater une vitre avec mon poing, de défoncer tous ces abrutis qui parlent sans savoir, de hurler fort à en perdre la voix et m’en arracher les tripes. Je suis en colère contre le monde entier, contre l’injustice, le hasard et le destin. Rappelle-toi des mots de la sophrologue : on a le droit d’être en colère, il faut l’accepter et passer à autre chose. Alors je vais me calmer (encore une fois) et me rabâcher que ce qui ne tue pas rend plus fort. Après l’hiver vient le printemps, après l’orage vient le soleil et après la peine vient l’espoir.

2 commentaires

  1. Coucou notre petite Lionne et bravo tjrs le même courage la même force et il faut continuer et vs avez raison si qq un dit une connerie grosse comme lui il faut Tt de suite remettre les choses dans le bon ordre
    Et un nouveau combat vous touche à nouveau oui cà c est la loi des séries dont on se passerait tous
    Mais elle a finalement la chance d avoir une belle soeur comme vous elle fera pareil et se comportera pareil avec un vrai combat d une nouvelle Lionne
    Ttes mes amitiés

    1. Bonjour Martine, je vous remercie tout d’abord de continuer à me lire et surtout de m’apporter aide et encouragement avec vos mots !
      Amitiés,
      la lionne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.