La vilaine petite dent

Durant tout ce beau et magnifique parcours, une de mes petites dents a décidé, silencieusement et sournoisement, d’attirer tous les microbes qui passaient par là et de fabriquer ainsi une jolie petite infection. Infection qu’elle a partagée, la délicate idée, avec sa copine la gencive. Donc à peine remise de mon « in explosion » de joie suite à mon pet scan, me voici chez le dentiste. Super, génial, trop bien, attendez je cherche encore d’autres mots… excellent, bonne nouvelle, trop cool. Eh là, le dentiste m’annonce qu’il va devoir arracher cette dent. Dans mon cas, c’est urgent mais il doit prendre contact avec ma cancéro, il n’est pas sûr de pouvoir le faire lui, il parle d’hôpital, de contre-indication, d’antibiotiques, d’implant ou de bridge, il parle, je l’écoute, il est gentil mais il me saoule, au sens propre. J’ai la tête qui tourne d’entendre cela, les jambes molles, les mains moites. Je n’ai pas envie de vomir mais ça ne devrait pas tarder.  En fait, je n’ai plus de mot pour vous exprimer ma sensation. Après avoir rencontré une multitude de médecins, subi échographie, scanner, irm, pet scan, interventions sous anesthésie générale et six chimios, je vais devoir me « taper » des rendez-vous chez le dentiste, et ce pendant plusieurs semaines !! S’agit-il d’une boutade ? Eh bien non, pas de pause, pas de répit, on y retourne, dans la joie et la bonne humeur. Ce serait trop drôle et bien ennuyeux si d’un coup j’espaçais mes convocations médicales, histoire de décrocher un peu. On est d’accord, il s’agit là d’un minuscule combat contre une vilaine petite dent, mais franchement, je m’en serais tellement passé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.