Faux départ – 25 septembre 2017

Choquée, sciée, épouvantée et si la vie s’arrêtait d’un coup… On sait tous qu’on va mourir, mais quand c’est ton heure, ton tour, ton moment. Comment fait-on ? Comment faut-il faire ? Je rabâche, je tourne en rond. Rien n’est plus pareil mais rien n’a changé dehors. J’ai envie de pleurer parfois et très envie de rire souvent, avec les autres, quand ils sont là.

Je n’aime plus être face à moi-même, je ne sais plus quoi me dire et quoi me répondre. Je ne sais plus où j’en suis. Je ne sais plus où « j’habite ». C’est peut-être le bon dieu qui teste ma résistance mentale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.